jeudi 26 juillet 2012

Risques, cygnes noirs et continuité des opérations


Toute activité génère des risques
Si un de ces risques se matérialise, ai-je des plans en place
pour minimiser les impacts sur la conduite des activités? 

Dans ce blog, j'ai eu souvent l'occasion d'évoquer les risques et leur gestion.

Le présent billet évoque le cas des risques à probabilité faible mais aux conséquences très importantes, voire catastrophiques, et propose une approche pour limiter l'impact qu'ils peuvent avoir sur les opérations.

dimanche 8 juillet 2012

De serendipité, de palmiers, de papillons et des leçons à en tirer pour faire mieux la prochaine fois

Photo des palmiers avant plantation
deux ans plus tard, le plus grand a été attaqué
par le papillon du palmier
et a du être abattu
L'introduction de ce billet est un peu longue et peut sembler déplacée dans un blog consacré au management et à l'organisation, mais n'ayez crainte; ce billet parle bien  d'efficacité et d'organisation et non de jardinage.

Depuis deux ans j'ai entrepris de refaire complètement mon jardin alors que je l'avais négligé pendant 20 ans.  J'ai commencé par faire abattre 9 pins noirs d'Autriche qui occupaient la plus grande partie de la surface. En effet ces arbres, outre qu'ils ne sont pas très esthétiques, constituent un vrai régal pour les chenilles processionnaires. Chaque année je devais escalader les branches pour ôter une cinquantaine de nids qui, malgré divers traitements que nous avions pu essayer, réapparaissaient à chaque printemps..

Je me suis donc trouvé avec un terrain presque nu (Il restait un cyprès et quelques arbustes) à reconfigurer.
J'ai pris un jardinier pour faire rentrer une trentaine de m3 de terre et pour planter une dizaine d'arbres relativement gros (Dont un olivier en pot pour un poids de 800kg) et ensuite je me suis mis à la tâche. N'ayant aucune connaissance particulière dans le domaine, j'ai fait fortement appel à Internet et aux conseils que je pouvais recevoir au hasard des rencontres. Et maintenant, deux ans plus tard, après avoir planté sans doute environ deux cents plantes, fait des surfaces de circulation, installé l'arrosage automatique, etc...je peux dire que mon jardin est achevé. Il ne reste plus l'entretenir.

La phase d'entretien consiste à nettoyer, couper, tailler, etc. mais aussi à surveiller les plantes pour détecter les attaques d'insectes ou de maladies et traiter en conséquence. Depuis sa plantation, un des deux palmiers déclinait. En pot il était magnifique. Une fois planté, des feuilles ont commencé à sécher la première année. La deuxième année il n'a pas fait de fruit et il a continué à se dégarnir. Cette année, c'est la "Berezina", au sortir de l'hiver il n'avait quasiment que des feuilles sèches et aucune nouvelle n'a poussé. Et je viens de réaliser que depuis deux ans nous avions implicitement accepté cet état de fait. Accusant la longue période de mistral quand nous l'avons planté, puis un excès d'eau lors des l'arrosage automatique du gazon puis le dernier hiver très froid....

Aujourd'hui, le palmier est définitivement déclaré "mort". J'ai coupé le tronc et ai traité le deuxième palmier pour qu'il ne subisse pas le même sort. Car depuis quelques jours j'ai trouvé l"origine de la mort du palmier. Et je pense que qu'il y a des leçons à en tirer en matière d'efficacité et organisation personnelle.
Ce sont ces leçons que je me propose de partager avec vous dans ce billet.