lundi 24 septembre 2012

Du travail collectif ou individuel, face à face ou virtuel : Réunion ou pas réunion, telle est la question (1/2)

Réunion au sommet
(sur le parking d'une raffinerie à Durban, Afrique du Sud)
Vu dans "le journal du Net, Management" 10 conseils sur "Que faire pendant une réunion ennuyeuse?"
Je trouve que quelques conseils sont pertinents tels que "écourter la réunion", etc. La plupart des autres suggèrent d'occuper son temps à des activités étrangères au sujet de la réunion (Répondre à ses mails, jouer, consulter les résultats sportifs, etc) ce qui me semble aller à l'encontre de règles "raisonnables" en matière d'organisation et du management.
J'aspire peut-être à un environnement de travail idéal mais je pense que si une personne s'ennuie dans une réunion, il n'y a que deux possibilités
  • soit le participant qui s'ennuie n'a rien à faire dans la réunion, et il devrait en sortir
  • soit la réunion est mal organisée ou préparée et il faudrait prendre des mesures pour éviter que cela se renouvelle
Je vous propose aujourd'hui de réfléchir ensemble à la logique d"organisation d'une réunion et d'esquisser des pistes pour éviter que les participants ne s'y ennuient, ce qui est frustrant et démotivant pour les participants et inefficace et non efficient pour la collectivité.
Suivez moi

lundi 10 septembre 2012

Varier les approches de l'accompagnement du changement


Faut-il tirer le changement? le pousser? l'accompagner?
trouver les bons leviers pour qu'il aille "tout seul"
dans la bonne direction?
A force de participer, lire, réfléchir, former et écrire sur l'accompagnement du changement, je commence à avoir acquis une "philosophie de l'accompagnement du changement". J'utilise le mot "philosophie" à défaut d'avoir trouvé une expression plus adéquate. Voyons ce que j'entends par là.
Quand on aborde un nouveau sujet, on se forme, on apprend des méthodes et des manières de faire. Ensuite face à une situation, on analyse et on identifie les méthodes et manière de faire que l'on estime pertinentes et on les applique.
Passé un certain stade d'accoutumance avec le sujet, il arrive que l'on "sente" ce qu'il faut faire sans avoir à faire une analyse consciente. On peut ensuite si on le souhaite retrouver les raisons objectives et les éléments logiques qui ont sous-tendu notre prise de décision.
Ce que j'appelle "acquérir la philosophie" d'un sujet s'apparente à l'intuition: notre cerveau utilise toute sa connaissance et les expériences pour décider la meilleure solution de manière inconsciente.
C'est une approche distincte de l'étape de pure analyse par laquelle on est obligé de passer quand on ne maîtrise pas encore un sujet. C'est aussi fondamentalement différent de "la devinette" à laquelle on peut recourir sur des sujets que l'on ne connaît pas: on peut avoir de la chance et trouver par hasard la bonne solution mais il vaut mieux ne pas bâtir une stratégie sur cette approche.

Notre billet d'aujourd'hui aborde divers sujets et cite quelques sources liés à l'accompagnement du changement. Ils vous permettront de poursuivre la réflexion et devraient vous aider à progresser dans l'acquisition d'une philosophie de l'accompagnement du changement.
Suivez-moi!