lundi 29 octobre 2012

Donner du sens à l'accompagnement du changement et ce qu'il ne faut pas faire à la manière de Dilbert.


Je ne résiste pas au plaisir d'attirer votre attention sur le Dilbert d'aujourd'hui Dilbert et Change management

Je traduis librement.
Lors d'une réunion, le chef (The pointy-haired boss) annonce ce qui a été décidé dans les hautes sphères: "On va embaucher un directeur de l'accompagnement du changement afin d'aider nos employés à adhérer aux changements stratégiques"
Dilbert: "Ou on pourrait définir des stratégies sensées. Alors les employés adhéreraient"
Le chef: "Cela a l'air plus difficile à faire"
Fin de l'histoire. 

Comme c'est vrai!
Tout changement, "balancé" depuis les hautes sphères sans concertation avec ceux qui auront à l'utiliser (Les employés et autres parties prenantes) est simple à définir (du moins pour les hautes sphères).

Mais
  • sans compréhension par les employés du Pourquoi ce changement
  • sans implication des employés dans le Comment,
  • sans participation de ceux ci à la définition détaillée des objectifs et des méthodes,
il y a peu de chance que le changement soit sensé donc qu'il ait du sens pour les employés.
Et si les employés n'adhèrent pas, on peut essayer de passer en force en nommant un directeur du changement, et le changement sera peut-être mis en place mais il y a peu de chance qu'il soit utilisé efficacement sur la durée.

Ceci mérite réflexion, et application, et je vous encourage sur ce sujet à consulter les billets de ce blog consacrés à l'accompagnement du changement et en particulier ceux traitant de la définition des objectifs du changement  et de la mobilisation des parties prenantes.

Voila, ce sera tout pour aujourd'hui. Vous pouvez arrêter la lecture de ce blog et reprendre vos activités habituelles. Ciao, bonsoir.




mercredi 17 octobre 2012

Vers la performance: manager avec ménagement, ça déménage ! (1/2)


Manager pour aider les équipes à se diriger dans le brouillard
et permettre à l'entreprise d'atteindre ses objectifs

Dans le billet d'aujourd'hui, quelques réflexions sur le management. Elles ne seront sans doute pas originales car il y a des milliers d'articles et de livres qui paraissent chaque année sur le rôle du management mais écrire sur un sujet m'aide toujours à me clarifier les idées, et souvent à en générer quelques nouvelles qui, je l'espère, pourront vous être de quelque utilité.

Comme souvent cette réflexion sur le management m'a été suggéré par la lecture d'un des Dessin de Dilbert publiés quotidiennement. Dilbert est un modèle, oui! mais un modèle en négatif. Pour obtenir des démarches ou méthodes raisonnables, réfléchies et efficaces, il faut appliquer l'opposé de ce qui est représenté dans la bande dessinée. Donc dans le dessin qui a initié ma réflexion, "Catbert", un des managers "diaboliques" de l'entreprise où travaille Dilbert, affirme que le but du management est de rendre la vie difficile pour les employés. Dans la "vraie vie", il faut donc comprendre qu'un des objectifs du management devrait être de faciliter le travail des employés.

Une formule que j'ai découverte il y a quelques années et qui me semble parfaitement résumer le rôle du management dans la performance de l'entreprise est la suivante
"Business is simple. Management job is to take care of employees. The employées' job is to take care of customers. Happy customers take care of the shareholders. It's a virtuous circle".
"Faire du business est simple. Le travail du management est de s'occuper des employés. Le travail des employés est de s'occuper des clients. Les clients satisfaits s'occupent des actionnaires. C'est un cercle vertueux".
Que faut-il comprendre du rôle du management et des managers par l'expression "s'occuper des employés" ("take care of employees")?