lundi 15 décembre 2014

La loi de la tartine beurrée, dite loi de Murphy, si utile en management, expliquée par la physique

La loi de Murphy pour nous aider à trouver notre voie ?
A la fête des lumières, Lyon, 2014
Ce blog a évoqué de multiples fois la loi de Murphy, dite aussi loi de la tartine beurrée ou plus directement loi de l'emmer.... général.  Voir par exemple l'utilisation de la loi de Murphy dans la gestion des risques
http://blaisebet.blogspot.fr/2011/06/je-suis-optimiste-mais-pour-limiter-les.html
ou tous les billets où la loi de Murphy est évoquée Billets du blog avec loi de Murphy

Je tenais à vous signaler une video, originellement publiée sur le blog "crash toast" et repris sur "Passeur de science", qui traite du contexte et des fondements de cette fameuse loi de la tartine beurrée
http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2014/12/14/la-loi-de-la-tartine-beurree-expliquee-par-la-physique/

Fascinant !

Ce sera tout pour aujourd'hui, vous pouvez arrêter la lecture de ce blog et vous consacrer entièrement à un approfondissement de vos connaissances sur la loi de Murphy. Ciao, bonsoir.

jeudi 20 novembre 2014

Organiser entreprises et collectivités pour plus de performance et d'épanouissement ! Un nouveau type d'organisation ?


Comme ce bâtiment, l'organisation d'une entreprise
peut être conçue et bâtie différemment !
Un précédent billet, une entreprise qui tourne carrément rond, a décrit le fonctionnement de la société FAVI, leader mondial dans certains produits de fonderie, et qui applique des principes d'organisation très différents de ceux appliqués par la grande majorité des entreprises

Cette même société FAVI fait partie d'un échantillon de 12 entreprises ou collectivités qui ont été étudiés dans le cadre d'un travail de recherche sur les nouvelles formes d'organisation.
Qu'ont en commun ces Entreprises ? Elles fournissent des produits ou services divers, leur taille varie de 100 à 40000 personnes, mais elles sont gérées "autrement". Elle sont toutes très performantes et prospères et chacune, de manière indépendante, a mis en place des principes similaires à ceux appliqués par FAVI. L'auteur de la recherche a étudié le fonctionnement de ces 12 entreprises situés en Europe et aux USA et a dégagé 3 principes communs qui sous tendent l'organisation de ces Entreprise. Il a écrit un livre en anglais sur le sujet et a donné une présentation en Français que j'ai suivie avec un fort intérêt. Suivez-moi pour en savoir plus...

vendredi 17 octobre 2014

Ce qui est bon pour moi est-il bon pour la collectivité ?





Un bel alignement...
Je suis tombé sur cet article d'économie Matin qui analyse les probabilités de marquer un penalty suivant la tactique de frappe utilisée Viser au centre pour marquer. La meilleure tactique pour marquer un penalty serait de tirer au centre car le gardien de but essaye d'anticiper en plongeant d'un coté ou de l'autre et ne reste que 2% du temps au centre.

Pourquoi, alors, n'y a-t'il pas plus de joueurs qui visent au centre ? Sûrement parce que s'ils ne marquaient pas le but, ils subiraient la colère de leur entraineur et seraient accusés d'avoir saboté les chances de réussite : la "preuve" c''est que tous les joueurs visent les cotés et si possible les coins pour être le plus loin possible du centre. S'ils tirent sur un coté et ratent, cela arrive à tous les joueurs !

Donc pour avoir la probabilité maximum de marquer un penalty, il faudrait viser au centre mais aucun joueur le fait pour ne pas être pénalisé au niveau individuel ...alors que viser au centre serait une stratégie meilleure au niveau collectif pour l'équipe qui tire le penalty.

Une illustration dans l'univers du football d'un cas où l'intérêt individuel n'est pas aligné avec l'intérêt collectif.
Mais dans les entreprises aussi, on peut trouver des situations où l'intérêt individuel ne coïncide pas avec l'intérêt collectif.
Suivez moi pour en savoir plus.

mercredi 15 octobre 2014

Y-a-t'il un risque à appliquer le principe de précaution ?


Des milliers d'articles sur Internet sont consacrés au principe de précaution qui depuis 2005 constitue l'article 5 de la constitution Française. Aussi bien articles en défense de ce principe et de sa "sanctuarisation" dans la constitution car il offre un contre pouvoir et une protection envers des modifications réalisées sans suffisamment de prise en compte des impacts (en particulier dans le domaine de la santé et de l'environnement). et des opposants qui accusent ce principe de tuer l'envie d'entreprendre par peur des risques.


Ce principe de précaution étant proche de l'analyse et la gestion des risques que j'ai maintes fois abordé dans ce blog, j'ai décidé d'en savoir plus sur le sujet. Un des moyens que je préconise et que j'applique généralement pour m'éclaircir les idées sur un sujet est de tenter de l'expliquer à d'autres. Dont acte.

Voici donc ma tentative pour expliquer ce qu'est le principe de précaution et évaluer comment cela se compare avec la gestion des risques.

Suivez-moi pour en savoir plus...

dimanche 12 octobre 2014

Mis en place, bravo ! Mais ce n'était pas l'objectif visé ! (1/2)


Immeubles Art Déco à Riga, Lettonie
Une grande part du design est dédié
à la fonction décoration
J'ai déjà eu plusieurs fois l'occasion de parler des fonctions d'un objet, d'une action ou d'un projet et de l'analyse fonctionnelle ou analyse de la valeur qui sont des méthodes de design. Voir par exemple mon billet Fonction vous avez dit fonction ?. Un autre billet  soyez efficace, efficient, serviable, etc.    évoque les incohérences qu'il pouvait y avoir entre la fonction désirée par un client souvent appelé besoin du client, quand il achète un produit c'est à dire ce pour quoi ce produit doit être conçu et les solutions mises en œuvre qui ne satisfont pas la fonction ou ne la satisfont pas de manière efficiente et optimale.

Dans ce premier billet nous allons illustrer sur deux exemples pris dans l'actualité comment des solutions mises en œuvre peuvent ne plus satisfaire complètement la "raison d'être" d'un projet car elles n'assurent plus que partiellement ou plus du tout les fonctions qui étaient attendues du projet.

mercredi 8 octobre 2014

Atteindre les objectifs : pourquoi et comment bâtir sa crédibilité (Billet 2/2)



L'Hermione, une réplique du bateau de La Fayette
construit à Rochefort.
Il a fallu 17 ans pour le construire à l'identique
(sauf équipements de sécurité légaux)
Premiers essais en mer depuis Septembre 2014
Photo sans rapport avec le sujet du billet mais il est tellement beau!
Les exemples précédents (billet 1/2 ) ont illustré, j'espère, quelques uns des avantages qu'un individu ou une collectivité peut trouver à bâtir et maintenir sa crédibilité dans un domaine donné. Examinons maintenant plus en détail pourquoi il est utile de bâtir sa crédibilité dans des domaines choisis et comment on peut le faire.

Pourquoi bâtir sa crédibilité :

Pour gagner en efficacité en orientant les comportements
Si on définit une règle ou des objectifs et si la collectivité dans laquelle on est sait que toutes les mesures seront prises pour que la règle soit suivie ou que les objectifs soient atteints, les actes et comportements des membres de la collectivité tendront à suivre "naturellement" ces règles ou à mettre tout en œuvre pour atteindre les objectifs. Moins de temps et de ressources seront gaspillés pour faire respecter, convaincre et la collectivité deviendra plus efficace.

Quelques exemples de la vie courante :
  - si on accepte un stationnement anarchique de courte durée, les automobiliste finissent par se garer en deuxième ou troisième file pour des longues durées (exemple vécu dans une grande ville)
  - Si on donne un permis de construire en zone inondable avec obligation de bâtir sur pilotis et si une maison se construit sans les pilotis pour réduire de quelques % les coûts de construction, et que on ne fait pas aussitôt détruire la maison, il y aura bientôt des dizaines de maisons sans pilotis dans cette zone inondable (exemple vécu dans un village que je connais)
 - si on promeut l'application des règles de sécurité et si on réprimande quelqu'un parce qu'il a appliqué les règles ce qui a résulté en l'arrêt d'une unité de production, plus personne ne suivra les règles (exemple dans l'industrie) ou il faudra déployer des moyens considérables pour essayer néanmoins de les faire appliquer
 - si on accepte que des papiers et mégots soient jetés sur la chaussée, on finira par trouver des vieux matelas et des rebuts d'appareils électroménagers dans un petit bois qui pourrait être agréable (Exemple constaté quelque part en France)

Pour inspirer et préserver confiance
D'une manière générale bâtir et garder sa crédibilité dans un domaine particulier, c'est aussi un moyen de garder et d'entretenir la confiance. Comment puis-je faire confiance à quelqu'un pour réaliser ce que je souhaite s'il ne tient pas parole et ne met pas tout en œuvre pour réaliser ce qu'il devait faire, s'il ne manifeste pas le courage et la volonté de défendre ses opinions. Et c'est l'expérience des actions passées qui aidera à bâtir la crédibilité et donnera confiance pour le futur.
Je ne pense pas trahir un secret en disant que la majorité des français ne font pas confiance aux hommes et instances politiques : ceux au pouvoir n'ont pas su bâtir leur crédibilité dans la réalisation du programme sur lequel ils avaient été élus.

Heureusement, au sein d'une Entreprise ou collectivité, faire ce qu'on a dit et bâtir sa crédibilité est souvent plus simple que dans l'arène politique.
Dans ce qui suit nous nous focaliserons seulement sur la crédibilité en Entreprise et dans le cadre du management.

Comment bâtir et renforcer sa crédibilité dans une entreprise ou collectivité

En avoir la volonté :
Souvent certaines actions qu'on pourrait faire à court terme seraient plus faciles mais mettraient en danger la crédibilité à long terme. Il faut accepter les désagréments éventuels du court terme parce qu'on sait que les bénéfices à plus long terme feront plus que compenser.
Pour en revenir au domaine de la sécurité que je connais bien. Si je prône un respect exemplaire des règles de sécurité et si je ne donne pas l'exemple ou fait semblant de ne pas voir des manquements pour éviter une confrontation ou parce que cela m'arrange à cet instant précis, je n'aurai plus aucune crédibilité dans le domaine.
Renvoyer le camion non équipé d'un système de captation de vapeurs, a un impact négatif sur l'unité de production aujourd'hui et peut avoir un coût mais si je ne le fait pas je devrai consacrer beaucoup de temps et de ressources à faire respecter la règle sur le long terme.

Choisir bien les domaines où on veut établir sa crédibilité :
Faire ce qu'on a dit, faire appliquer les règles ou atteindre les objectifs qu'on a établis et fixés ne doit pas être à la merci d'évènements extérieurs sur lesquels on n'a aucun contrôle. Il serait hasardeux d'engager sa crédibilité sur des domaines qui échappent à notre contrôle. Tout au plus pouvons nous faire des prévisions sur ces domaines dépendant de facteurs externes pour les besoins de la gestion.
La plupart des domaines importants pour la bonne gestion et la performance d'une Entreprise sont néanmoins sous contrôle interne et donc des domaines candidats potentiels pour établir sa crédibilité et la garder (ou ne pas la perdre). La sécurité, la qualité, la protection de l'environnement, l'efficacité, le service client, etc...sont des domaines où on peut -si on en a la volonté - donner des preuves de sa volonté et ainsi bâtir et entretenir sa crédibilité.
Il va sans dire qu'on peut essayer d'être exemplaire et crédible dans tous les domaines sous son contrôle mais cela exige bien sûr une très grande volonté et un effort important dans le court à moyen terme (mais aussi sans doute des gains importants à long terme).
Certains domaines tels les prix de vente ou les quantités vendues ne sont que partiellement sous le contrôle de l'entreprise et il peut être hasardeux d'engager sa crédibilité dans ces domaines. Il y a sans doute des exceptions comme la société Apple qui peut quasiment fixer ses prix de vente et ses volumes mais parce que il ont bâti une crédibilité très forte sur leur capacité à fournir des produits innovants et valorisants.

J'ai en tête l'exemple la société FAVI qui ne voulait jamais livrer un client avec du retard et qui est allé jusqu'à affréter un hélicoptère pour faire une livraison dans les temps (voir billet une entreprise qui tourne carrement rond). Je pense qu'après quelques manifestations de ce genre, la société FAVI était crédible quand elle disait qu'elle ne livrait jamais en retard : cela devait renforcer la fidélité et satisfaction des clients et motiver les employés pour faire tout pour ne pas créer de retard.

Ne chercher à bâtir sa crédibilité que sur des domaines qui sont atteignables
La Palisse aurait pu dire que "On ne peut bâtir sa crédibilité qu'en réussissant à faire ce que on souhaitait". Poursuivre des causes perdues d'avance expose au contraire à des pertes de crédibilité.

Pour devenir crédible dans le domaine du respect des règles, il faut que ces règles puissent être appliquées dans les faits : si on a deux règles ou deux objectifs antagonistes - c'est à dire si on peut appliquer l'un ou l'autre mais pas les deux à la fois -, cela suffit à décrédibiliser l'ensemble des règles et celui qui veut les faire appliquer.
De la même manière un objectif doit être bâti sur des bases solides et crédibles sous peine non seulement de ne pas être atteint mais de décrédibiliser tous les autres objectifs proposés par celui qui l'a fait. Les hypothèses utilisées doivent donc être elles même crédibles.
On retrouve ici deux notions similaires aux "réalistes" et "atteignables" du caractère "SMART" que devraient satisfaire des objectifs bien pensés et réfléchis (voir Objectif SMART dans Wikipedia)
Une bonne pratique pour n'avoir que des règles et objectifs réalistes et atteignables est, évidemment, de discuter et de tester avant mise en place avec les parties prenantes qui auront à les appliquer et à les mettre en place.

Ne jamais céder pendant l'application ou la mise en place
L'application des règles ou de mise en place des objectifs constitue la phase critique pendant lesquelles doit se manifester et être visible la volonté de faire : c'est pendant ces phases que se bâtit ou se détruit la crédibilité.
Ne jamais céder sur l'application des règles ou l'atteinte des objectifs...mais cela ne signifie pas nécessairement passer en force, qui serait contre productif.
On peut prévoir des moyens et méthodes pour traiter les points potentiellement bloquants.
Par exemple, si on exige un respect des règles on peut aussi avoir un processus pour faire remonter en urgence les situations où il ne semble pas possible d'appliquer une règle (des règles antagonistes par exemple) et donner des instructions sur comment adapter au mieux les règles ou l'environnement de travail pour permettre dans les faits un respect absolu des règles à l'avenir
Pour l'atteinte des objectifs, on peut laisser le choix des moyens, par exemple, à ceux chargés de la mise en place et autoriser ou faciliter la mise à disposition des ressources requises.

A la fin un manager a réussi à bâtir sa crédibilité si ses équipes peuvent dire "Il veut ceci et je sais qu'il l'obtiendra, car il obtient toujours ce qu'il veut, mais je sais aussi que je peux aller le voir pour qu'il m'aide à le faire".  N'est ce pas merveilleux !

Voila ce sera tout pour aujourd'hui. Vous pouvez reprendre vos activités habituelles. Ciao, bonsoir.

P.S. : En Avril dernier, j'ai passé quelques jours à Rochefort et nous avons visité l'Hermione qui était en phase finale de construction : on installait les canons et on formait l'équipage. Un voyage est programmé vers les USA pour reproduire le trajet réalisé par La Fayette. Si vous voulez en savoir plus, cherchez Hermione sur Internet. Il doit y avoir pléthore d'informations.


 

lundi 6 octobre 2014

Bâtir sa crédibilité pour atteindre les objectifs (Billet 1/2)



Appeler Titanic sa société maritime ?
Est ce contribuer à bâtir sa crédibilité ?
Vu à Riga, Lettonie
Ce premier article illustre  avec deux exemples tirés de ma vie professionnelle et un exemple de l'actualité récente sur l'écotaxe ce que je signifie "bâtir sa crédibilité" .
Un deuxième article explicitera les raisons pour lesquelles il est souhaitable, dans le milieu professionnel, d'appliquer une politique pour bâtir sa crédibilité (ou à ne pas la perdre) et proposera quelques pistes pour se donner les meilleures chances de bâtir et maintenir sa crédibilité.

Ëtre manager au pays des merveilles...


Lu dans la Rubrique "Ma vie en boîte" sur le journal le Monde, un billet qui citait un extrait de l'ouvrage collectif Et la confiance, bordel ? (Editions Eyrolles)
"Qui est notre super manageur ? C'est avant tout quelqu'un qui possède une infinie capacité d'émerveillement ...Se connaître, admettre ses forces et ses faiblesses, génère de la confiance en soi, et par effet miroir, de la confiance de la part des autres"

Cela m'a rappelé...

jeudi 2 octobre 2014

Maladresses et erreurs de quelques stratégies et méthodes commerciales



Des clients attentifs...
et qui semblent apprécier le service fourni
L'article d'aujourd'hui décrit quelques exemples de politique commerciale ou de publicités que j'ai vécus et qui ont choqué mon sens de l'organisation et du management. Je vous les livre pour alimenter la réflexion sur ces sujet.

D'abord de l'anecdotique

- Une publicité à la radio à propos de je ne sais plus quel produit : on pouvait acheter ce produit "avec une réduction de -25% (moins 25%)". Il me semble qu'on apprends en grammaire ou en arithmétique que deux négations valent une affirmation. Une réduction de -25% veut donc dire que si j'achète je payerai 25% de plus que le prix normal (??)

 - Lu sur un pot de confiture "Elaboré à partir de fruits choisis". Connaissant la nécessité pour la survie d'une Entreprise de réaliser une marge correcte, j'en ai déduis que le fabricant devait choisir les fruits les moins chers (??) - donc pas forcément les plus goûteux - pour faire ses confitures.

Il va sans dire que je n'achèterai jamais le produit et que je n'ai pas pris la confiture de ce fabricant.

Mais il y a plus grave quand c'est la stratégie commerciale qui subit de plein fouet les erreurs en organisation et management

jeudi 22 mai 2014

Tant de radotage pour un petit rabotage (de quai) !


J'arrête de publier des articles "Organisation et management" à but pédagogique dans ce blog mais j'ai décidé de publier suivant mon humeur des opinions et analyses de divers sujets d'actualité qui peuvent être abordés  sous l'angle de l'organisation et du management. Voici le premier article dans cette optique : il est consacré aux fameux 50 millions à payer pour raboter les quais car les futures rames TER commandées par la SNCF sont plus larges que les rames actuelles.

La SNCF a commandé des trains trop large pour les quais. Il faut raboter quelques milliers de quais et cela va coûter 50 millions. Qui a pu échapper à cette information d'autant plus croustillante qu'elle a été révélée par le Canard Enchaîné ?.

Que peut-on en penser d'un point de vue management ? Beaucoup de bruit pour pas grand chose !

Suivez-moi pour en savoir plus

samedi 19 avril 2014

Clap de fin....

Il faut se rendre à l'évidence, j'ai épuisé plus ou moins tout mon stock d'idées puisées de mes réflexions personnelles dans le domaine de l'organisation et du management. Du coup j'en suis réduit à écrire sur des sujets pour lesquels je n'ai pas d'affinités ou de compétences particulières. ...et cela m'ennuie et je pense n'apporte pas grand chose à mes lecteurs.

Par ailleurs depuis quelques mois le blog est fréquenté par une forte proportion de hits générés par des robots ou équivalents qui polluent les statistiques ...et ceci aussi me perturbe.

J'ai donc décidé d'arrêter officiellement la publication de nouveaux articles. Les articles déjà édités seront toujours consultables et toute modestie mise à part, je suis vraiment content de mon travail lorsque j'en relis certains... Mais toutes les bonnes choses ont une fin.

Ce fut un plaisir de réaliser un tel blog et je remercie ceux qui ont re-publiés certains de mes articles ou m'ont envoyé des commentaires.

Ce sera tout pour aujourd'hui (et jusqu'à désormais !). Ciao, bonsoir.